De l’eau et du fourrage pour produire du lait en toute saison

DSC_0845Confronté à la sécheresse, au manque d’eau et au manque de pâturage, Moustapha Moussa, un éleveur camerounais invente un système intégré combinant la production fourragère et la maîtrise de l’eau afin d’augmenter sa production laitière.

Moustapha Moussa est à la fois agriculteur, éleveur et vendeur de lait. Il a un cheptel de 70 têtes dont 40 vaches en lactation permanente. Il possède également une surface agricole exploitée de 40 hectares et travaille avec 15 employés. Il est l’innovateur du système intégré de la production laitière.

S’il apparaît de nos jours comme un modèle pour les autres éleveurs de la région, cela ne s’est pas fait par miracle. Moustapha a dû innover pour se défaire de contraintes climatiques auxquelles sont confrontées ses collègues du nord Cameroun.

Moustapha vit à Bao Hosséré/ Maroua dans l’extrême nord du Cameroun, une zone sahélienne caractérisée par une longue saison sèche, sept mois en moyenne. La région connaît de graves pénurie d’eau et un manque de principalement en saison sèche.   Dans cet environnement peu hospitalier, les éleveurs parcourent plusieurs kilomètres pour nourrir et abreuver leur bétail.

Cela a un impact certain sur la production laitière qui était en moyenne 2 litres par jour par vache. La capacité de production de la ferme était en tout de 40 litres par jour produits par les 25 vaches qu’il possédait à l’époque.

DSC_0848Face à ces difficultés, Moustapha moussa a imaginé une solution concrète. Il est convaincu que s’il a de l’eau disponible en toute saison, il pourra non seulement permettre à son bétail de s’abreuver normalement en toute période mais aussi de se nourrir en toute circonstance.

Il se lance ainsi dans la culture de fourrage en mettant en place des parcelles de bracahria ruziziensis (herbes sélectionnées pour alimentation des animaux). Ses efforts attirent des partenaires au développement tel que l’organisation néerlandaise SNV, la ZED (zoo Employment for Development) et ASPROSPEN (action pour la formation de la santé et la protection) de l’environnement).

Les partenaires lui ont permis de mettre en place un système intégré en installant un château d’eau alimenté par un forage qui fonctionne à l’énergie solaire. A partir du château, l’eau est acheminée directement dans les abreuvoirs où les animaux peuvent directement consommer.

Le dispositif miracle

Les animaux ont accès à l’eau à tout moment et sur place. Ils ont une alimentation suffisante et complète. Les vaches mettent bas tous les ans. La production est maintenant de 5 litres en moyenne par jour par vache. La Capacité de production de la ferme s’élève à 160 litres par jour.

Ce qui a contribué à augmenter les revenus de la famille et améliorer leurs conditions de vie. La vente de lait peut atteindre 100.000 francs CFA par jour. Avec les revenus de la ferme, il scolarise sa femme et ses frères.

Il faut ajouter l’extension des superficies de cultures fourragères dans les environs du village pendant la saison sèche, l’augmentation de son cheptel. Aujourd’hui, son parc compte 70 têtes dont 40 vaches laitières qui lui donnent 25 veaux par an. Le système intégré de gestion lui permet également de résoudre les problèmes sanitaires. Les vaches s’abreuvant avec de l’eau potable fournie par le forage.

Aya félicité Koumbéré

crédits photos : PROLINNOVA

(867)

Un commentaire

  • YOA KASSA Datiagri Augustin

    Je veux souhaiter un bon retour aux innovateurs et courage à tous les journalistes pour le dévouement et la promptitude sur le site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *