Transformer le niébé en café

Du niébé ''brut"...

Du niébé  »brut »…

Assane Gueye, chargé de programmes de AGRECOL Afrique, a présenté à la foire de l’innovation paysanne en Afrique de l’OUEST (FIPAO),qui se tient du 15 au 16 mai 2015 au SIAO, une de leurs innovations alimentaires. Il s’agit du café de Niébé.

Du café de niébé, de prime abord, ça paraît insensé comme idée ! Pourtant, les femmes du groupement du village de FEMBOUL, près de Thiès l’ont réalisé. Tout est parti d’une longue observation des habitudes des Sénégalais, grands consommateurs de café.

Ces femmes mûrissent doucement leur projet de produire du café à base du haricot local. C’est un concours organisé par l’UGPM (Union des Groupements de Producteurs de Mets), dans le cadre de la mise en œuvre du programme de lutte contre la soudure et l’endettement, qui va leur donner l’occasion « de passer à l’acte ».

Ce concours a consisté à préparer des plats traditionnels à partir de produits locaux. Un certain nombre de plats ont été ciblés et chaque groupement devrait préparer quatre plats. Les membres du groupe ont alors réfléchit sur une innovation qui pourrait servir de boisson après la dégustation. C’est ainsi qu’est né le café de niébé.

Graines de café de niébé (à droite), et de la poudre de café de niébé (à gauche)

Graines de café de niébé (à droite), et de la poudre de café de niébé (à gauche)

La transformation du niébé en café s’effectue en quatre phases. On procède tout d’abord au nettoyage du niébé. Ensuite on le fait griller. Puis, le niébé grillé est pilé. Enfin on passe à sa mise en sachets. Le café niébé se boit chaud ou froid. Mais il faut le filtré.

Passer au-dessus des préjugés

Le procédé ainsi présenté paraît simple et à la portée de tous. Cependant, il est complexe et les femmes ont eu à faire face à plusieurs difficultés. Au début de cette innovation, le café niébé a rencontré quelques difficultés pour s’intégrer dans le quotidien alimentaire.

Son caractère innovant tranche trop avec les habitudes de consommation. Des questions portant sur les effets du café niébé sur la santé était la préoccupation principale des futurs consommateurs. Le problème d’emballage du café était aussi une difficulté que l’association rencontrait.

Récipient de filtrage de café de niébé

Récipient de filtrage de café de niébé

Malgré tout, le « café-niébé » a trouvé sa place chez les consommateurs. Cette nouvelle trouvaille a également permis de réduire l’achat du café dans le budget familial, a favorisé la participation des femmes dans la gestion de la fertilité des sols avec l’apport en fumure organique.

Elle a aussi entrainé l’extension des surfaces de culture du niébé. Résultats : les femmes ont diversifié leurs sources de revenus, les producteurs de niébé ont un nouveau débouché de commercialisation. Cela a enfin permis de valoriser et de favoriser la consommation des produits locaux par les Sénégalais.

Nadine Yasmine Somé

crédits photos : Nadine Yasmine Somé

(1439)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *