Pour une meilleure inclusion des innovations paysannes dans la recherche agricole

Crédits photos : Aminta Hassimi Larabou

Crédits photos : Aminta Hassimi Larabou

La première est sélectionneur des plantes et actuellement chercheur liaison pour l’Afrique de l’ouest du Programme de Recherche Collaborative sur les Cultures (CCRP) de la Fondation McKnight[1]. La seconde est journaliste audiovisuel de formation, aujourd’hui chargée de programme communication et genre à la Fédération des Unions de Groupements Paysans du Niger (FUGPN) dénommée « MOORIBEN ». Deux profils différents et deux parcours différents. Bettina Haussmann et Aminta Hassimi Larabou, puisque c’est d’elles qu’il s’agit, ont en partage

la passion de travailler en collaboration avec les organisations de producteurs et productrices agricoles.

« J’apprécie beaucoup les organisations paysannes comme partenaire dans ma recherche », déclare Bettina Haussmann qui par le passé a travaillé au Niger (2005-2011) comme sélectionneur de mil, et aussi au Mali (1995-1998) et au Kenya (1991-1993). Des expériences qui lui permis de côtoyer des années durant des paysans dans ces différents pays. « Le savoir local est une composante important des systèmes de cultures agricoles, il est donc nécessaire de bien le documenter et de l’inclure dans la recherche agricole », ajoute-elle.

Documenter des initiatives paysannes, c’est bien ce que fait Aminta Hassimi Larabou à travers la vidéo. Elle a réalisé trois vidéos sur des initiatives de MOORIBEN, comme la vente groupée des récoltes, la mise en place d’un système de crédit géré par les paysans et la foire aux semences améliorées et produits locaux.

Crédits photos : Aminta Hassimi Larabou

Crédits photos : Aminta Hassimi Larabou

Ces vidéos servent de supports de partage d’expériences et d’échanges entre les différentes organisations de base qui constituent la fédération. « La capitalisation d’expériences est une mission complexe et nécessaire à mettre en place dans toute organisation ; c’est un processus global et transversal et l’implication des acteurs de l’organisation en conditionne sa réussite », explique la chargée de programme communication et genre de MOORIBEN.

Bettina Haussmann et Aminta Hassimi Larabou auront l’occasion de partager leurs expériences à de l’atelier francophone sur les approches de recherche et du développement par et avec les paysans producteurs du 12 au 14 mai 2015 à Ouagadougou au Burkina Faso, en prélude à la Foire des Innovations Paysannes en Afrique de l’Ouest (FIPAO), les 15 et 16 mai.

Aminta Hassimi Larabou ne cache pas son enthousiasme par rapport à ces deux événements. « J’entends contribuer à la visibilité de ma structure en faisant connaitre les actions qu’elle mène au profit des populations rurales à travers l’accroissement de la productivité agro silvo pastorale et halieutique. En m’informant sur les expériences menées dans d’autres pays je renforce mes capacités et j’élargis ma sphère de connaissance », confie-t-elle.

Pour sa part, Bettina Haussmann entend partager son expérience sur les « réseaux de recherche paysanne », échanger les idées avec les autres participants, apprendre sur les innovations paysannes et plaider pour leur meilleure inclusion dans la recherche agricole. « Les innovations paysannes devraient être considérées et respectées par les chercheurs, et inclues dans la conception des nouveaux projets de recherche agricoles pour le développement durable », conclut-elle.

————————

[1] La Fondation McKnight est l’un des partenaires financiers de la Foire des Innovations Paysannes en Afrique de l’Ouest (FIPAO) et de l’atelier francophone sur les approches de recherche et du développement par et avec les paysans producteurs du 12 au 16 mai 2015 à Ouagadougou au Burkina Faso.

(827)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *