FIPAO : Mettre en débat ses pratiques pour bénéficier de critiques constructives

crédits photos : Mme Zoungrana Yaméogo Kouka

crédits photos : Mme Zoungrana Yaméogo Kouka

L’appui au développement d’innovations endogènes paysannes est un processus long et tâtonnant. « Partant du principe qu’on part quelques fois de connaissances empiriques dont toutes les variables ne sont pas connues et quantifiées, il peut arriver qu’après plusieurs années d’expérimentations, on n’aboutisse pas à un résultat conséquent à la hauteur de l’investissement en temps, en énergie et en ressources utilisées », explique Mme Zoungrana Yaméogo Kouka, responsable régionale pour l’approche participative de l’ONG internationale HELVETAS Swiss Intercooperation au Burkina Faso.

Puis, elle ajoute : « Cependant, l’obtention de résultats éprouvés avec des approches participatives est un gage d’appropriation de l’innovation développée car convient au contexte local et adaptées aux réalités socioculturelles ».

C’est suivant cette conviction que HELVETAS Swiss Intercooperation et sept autres partenaires ont développé et mis en œuvre un projet recherche action participative, dénommé SYPROBIO ou « Amélioration des revenus et de la sécurité alimentaire à travers des systèmes de production biologiques diversifiés ». Le projet est mis en œuvre au Burkina Faso, au Mali et au Bénin. « C’est un projet de recherche action participative qui accompagne le développement de l’agriculture familiale dans une perspective de durabilité et d’adaptation aux changements climatiques », explique Mme Zoungrana qui est aussi la coordonnatrice nationale du projet au Burkina Faso.

Mme Zoungrana Yaméogo Kouka compte partager l’expérience du projet SYPROBIO à l’occasion de l’atelier francophone sur les approches de recherche et du développement par et avec les paysans producteurs, et de la Foire des Innovations Paysannes en Afrique de l’Ouest (FIPAO), du 12 au 16 mai 2015 à Ouagadougou.

crédits photos : Mme Zoungrana Yaméogo Kouka

crédits photos : Mme Zoungrana Yaméogo Kouka

« Cet atelier et cette foire sont une opportunité de partage d’expériences sur l’approche que nous avons conduit, de remise en cause de certains aspects (pourquoi pas ?) et aussi d’apprentissage d’autres méthodes aussi novatrices dans la recherche action participative. Ces rencontres nous permettront d’échanger avec d’autres acteurs qui travaillent dans le même domaine notamment l’appui à l’innovation paysanne », explique Mme Zoungrana Yaméogo Kouka, qui espère aussi contribuer à la mise en place d’un réseau d’acteurs intervenant dans l’appui à l’innovation paysanne.

HELVETAS Swiss Intercooperation est présent dans vingt deux pays à travers le monde dont le Burkina Faso, le Mali, le Bénin, le Niger et le Sénégal en Afrique de l’Ouest. Au Burkina Faso, l’ONG intervient dans plusieurs secteurs d’activités dont celui de l’économie rurale. « Dans ce secteur, nous travaillons avec des organisations de petits producteurs pratiquant l’agriculture familiale dans l’optique de construire (i) des modèles économiques durables autour de leur exploitation et (ii) des cadres institutionnels pérennes », laisse entendre Zoungrana Yaméogo Kouka. Elle explique que plus de 9000 exploitations agricoles sont engagées dans l’agriculture biologique avec des entreprises nationales et internationales et des fournisseurs de services. Les actions de HELVETAS Swiss Intercooperation ont permis de développer au Burkina Faso des chaines de valeurs comme le coton bio-équitable, le soja, le sésame et le karité, tous des produits certifiés biologiques.

(727)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *